Rencontrez l’équipe et découvrez les solutions de Neoptec au salon Educatec Educatice

Rencontrez l’équipe et découvrez nos solutions au salon Educatec Educatice!

 

Chaque année, le salon Educatec-Educatice est l’occasion pour nous de rencontrer les utilisateurs et de présenter nos avancées technologiques pour l’éducation. Cette année le programme sera particulièrement riche sur le stand H34 du Pavillon 7.1 de la Porte de Versailles à Paris.

 

Neoptec présentera en avant-première sa plateforme de création de sujet collaborative et sécurisée et Passnum mobile, le chariot de passation numérique qui risque de vous surprendre. Toutes nos solutions innovantes seront abordées, du traitement automatique de QCM à la dématérialisation des examens et concours de Viatique.

 

Rappelons que le salon Educatec Educatice réunit les acteurs du numérique et de la pédagogie autour de l’usage des technologies dans l’enseignement. Il oeuvre chaque année pour que l’innovation numérique s’introduise au coeur des pratiques pédagogiques et des apprentissages.

 

Les équipes de Neoptec et Euroconcours vous attendent pour cette 22è édition du salon.

Correction des copies à l’écran : avantages et inconvénients

Correction des copies à l’écran : avantages et inconvénients

viatique bac numérique correction à l'écran baccalauréat

 

Le bac approchant, la question de la dématérialisation des copies est plus que jamais d’actualité. L’an passé, la correction « 100% numérique » du baccalauréat des lycées français à l’étranger a fait la une des médias. Ce ne sont pas les seuls : BTS, CAPES, Agrégation, concours de médecine, du barreau… les corrections sont de plus en plus paperless. Les correcteurs sont les premiers acteurs de la dématérialisation : quels sont leurs avis ?

 

Le principe est simple, mais il fallait y penser : les copies sont numérisées après le ramassage et automatiquement anonymées dans les centres, puis sécurisées dans un coffre-fort. Rapidement, le correcteur a son lot de copies prêt pour la correction, le barème et les recommandations intégrés, une messagerie et un forum collaboratif en ligne. Bien que la correction à l’écran s’inscrive dans le processus de sécurisation des copies mis en place par l’établissement, de nombreux correcteurs apprécient les avantages de la correction à l’écran malgré le changement de pratique, comme l’exprime cette enseignante correctrice enthousiaste : « Après 15 copies corrigées (donc 29 % pour l’instant d’après les statistiques !), je trouve que [c’] est facile d’emploi et agréable à utiliser, vraiment une formidable avancée dans la correction des examens. En plus, c’est un énorme gain de temps en matière de transport (3 à 4 heures gagnées par jour de correction), donc beaucoup moins de pression et plus de sérénité pour corriger ».

 

beaucoup moins de pression et plus de sérénité pour corriger

 

L’interface de correction propose des outils directement inspirés de la correction traditionnelle tels que le stabylo vert, orange, rouge, l’équerre, le rapporteur, la loupe… mais puise aussi dans le numérique pour faciliter la tâche. La banque de commentaires évite les redondances : une fois quelques commentaires rentrés, l’exécution est rapide. Elle peut aussi être paramétrée avant les corrections afin d’harmoniser les commentaires. Et bien sûr, il n’y a plus de rature… La recherche et le classement des copies sont facilités par les marqueurs numériques, des petits repères colorés qui aident le correcteur à s’orienter. C’est bien plus maniable que de trier la pile de copies. Le correcteur peut revenir sur la copie jusqu’à validation de la totalité des corrections.

 

Les copies sont disponibles à la correction quelques heures après l’examen. L’économie de transport élimine les risques de perte ou de dégradation des copies, ce qui est un poids de moins pour le correcteur. L’enseignant corrige n’importe où sur un ordinateur portable connecté au web. En cas de double correction, les correcteurs peuvent travailler simultanément sur une même copie ce qui évite de nombreux allers-retours. La messagerie et le forum facilitent les échanges avec le binôme, les autres correcteurs, le responsable pédagogique.

Pour le professeur de mathématiques Boulos ABI AAD, l’avantage majeur réside dans le barème : « ce qui me semble être le plus intéressant c’est le fait d’avoir le barème et le sous-barème affichés à côté de la copie. Ce qui est le plus difficile pour démarrer une correction, c’est d’intégrer ce barème et ce sous-barème. Le fait qu’ils soient toujours là nous permet de ne pas avoir à faire cet exercice-là ». Les statistiques sur le tableau de bord facilitent globalement l’organisation des corrections : nombre de copies à corriger, note moyenne, note la plus basse…

 

le plus intéressant c’est le fait d’avoir le barème et le sous-barème affichés à côté de la copie

 

Certains professeurs soulignent la fatigue des yeux que le travail à l’écran entraîne. Cette problématique est d’autant plus prégnante que de nombreuses personnes travaillent sur ordinateur toute la journée, passant 8 heures par jour face à un écran. Ajoutons nos usages personnels du téléphone, de la télévision et des ordinateurs, l’exposition est multipliée. Des manifestations de fatigue des yeux peuvent apparaître au bout de quelques heures. Heureusement, elles sont provisoires et s’estompent après une petite pause.

 

L’abandon du format papier traditionnel peut déstabiliser. Les différents modes de présentation de la copie à l’écran lui sont fidèles et tentent de respecter l’utilisation habituelle des correcteurs. Les réticences sont bien souvent dépassées une fois franchie la prise en main de l’outil informatique.

 

L’adoption de la correction à l’écran marque une réelle étape et un changement de pratique. Depuis 10 ans, de nombreuses administrations ont fait le choix de la dématérialisation pour leurs examens et concours.

 

Résumons les principaux avantages pour le correcteur (non exhaustifs) :

– Pas de copies à transporter

– Aucun risque de dégradation de copies (perte, ratures, taches)

– Copies disponibles de suite après les épreuves

– Maniabilité des copies (trier, annoter, revenir aisément sur la copie)

– Statistiques

– Outils inspirés du papier + outils numériques facilitant la correction

– Pratiques collaboratives

« Savoir ce qu’il y a derrière les ordinateurs qu’on utilise chaque jour»

« Savoir ce qu’il y a derrière les ordinateurs qu’on utilise chaque jour »


 

Les éditeurs de logiciels attirent les jeunes, qui se retrouvent de plus en plus tôt au contact du numérique. Julie a choisi de faire son stage de 3e à NEOPTEC. Cette jeune femme discrète et appliquée nous livre son utilisation raisonnée de l’informatique.

Doctorants en sciences humaines et ingénieurs : pourquoi une différence de prestige?

Doctorants en sciences humaines et
ingénieurs : pourquoi une différence de prestige?

doctorants ingénieurs grandes écoles université

Sur le site The Conversation, la chercheuse Lisa Jeanson pose la question de la différence entre le doctorant en sciences humaines et l’ingénieur. Pourquoi le doctorant en sciences humaines n’a pas autant de prestige et de réussite que l’ingénieur ?

Favoriser l’interaction avec un quizz projeté en cours

Favoriser l’interaction avec un quizz projeté en cours

Projeter des questions au mur pour solliciter l’attention des élèves pendant le cours présente des avantages indéniables. Les étudiants, équipés de tablettes,  répondent puis interagissent ensemble à la vue des résultats. Une façon d’intéresser et de mesurer la compréhension du groupe. Le concept de « classe inversée » n’est guère très loin.

 

L’art du quizz est de savoir le placer au bon moment. Le quizz permet par exemple de jauger la bonne compréhension du groupe avant de passer à un nouveau chapitre, ou encore pour tester la réception d’un sujet difficile. Le questionnaire n’a pas besoin d’être long : l’intérêt n’est pas de passer du temps à répondre. EN aucun cas il ne remplace la matière du cours. C’est l’accès aux résultats en temps réel qui nous intéresse, en questionnant la classe face aux réponses qui apparaissent. C’est une façon de faire le point, de confronter l’étudiant à ses connaissances et d’éclaircir une notion qui a pu être mal perçue par le groupe – sans que le professeur s’en rende forcément compte.

 

A la fin d’un cours, le quizz est un moment ludique et distrayant, tout en participant pleinement à l’apprentissage. Ces activités favorisent l’engagement des étudiants et soutiennent des stratégies d’apprentissage actif. Le manque de concentration qui arrive souvent après le repas ou après un cours dense, peut être évité en suscitant la participation des étudiants. Leur demander de participer est motivant. Le quizz favorise l’interaction en classe. Projeter une question permet aussi d’ouvrir un débat au sein de la classe et facilite les activités collaboratives de résolution de problèmes.

 

Listing des avantages du quizz :

 –  Facile à utiliser

–  Permet d’évaluer la compréhension de son groupe, de revenir immédiatement sur certaines notions et d’ajuster la suite du cours

–  Fournit à l’étudiant des résultats instantanés lui permettant de s’autoévaluer et de s’ajuster

–  Favorise la participation des étudiants timides, moins engagés ou qui ont peur de l’erreur

–  Permet de varier les techniques d’enseignement et favorise l’interactivité

–  Ajoute un caractère ludique au cours, effet motivateur possible

–  Soutient la révision des examens.

Logiciels scolaires… Comment m’y retrouver ?

Logiciels scolaires… Comment m’y retrouver ?


Le plan numérique pour l’éducation a généré de nombreuses nouvelles offres. Certes, le numérique offre de nombreuses opportunités pour la classe. Mais comment ne pas se noyer dans la diversité des logiciels proposés ? Aide à l’apprentissage des langues, des maths, du code informatique, à la gestion du temps, à la recherche de documentation… Les professeurs n’ont que l’embarras du choix, et parfois, c’est trop. Car il y a aussi la problématique de la prise en main. Se former efficacement à un logiciel vaut mieux que de peiner sur plusieurs. Oui mais… comment distinguer le sérieux et l’efficacité d’un logiciel ?

 

Cibler votre besoin réel

Tout d’abord, il faut définir quel est votre besoin exact. Le numérique doit être intégré que s’il apporte une valeur ajoutée… Le cours n’a jamais eu besoin du numérique, il est préparé en amont et s’enrichit au gré du temps et des remarques. Que pouvons-nous attendre précisément du numérique ? Le numérique peut par exemple servir pour une démonstration ou pour tester la concentration et le suivi des étudiants. L’étudiant ou l’élève qui est sollicité par des quizz pendant le cours reste mieux concentré.

 

Demandez à vos collègues ou sur Internet les avis sur l’utilisation d’un logiciel. Le web a facilité le développement de nombreux petits logiciels qui répondent plus ou moins bien aux problématiques éducatives. Privilégiez les logiciels développés par les experts de l’éducation et les logiciels reconnus qui s’enrichissent grâce aux retours clients.

L’expertise de l’entreprise garantit la fiabilité du logiciel et la présence à vos côtés du support technique. La formation est primordiale : en connaissant le besoin de l’utilisateur, la prise en main du logiciel n’en est que plus pertinente. Cette proximité et cette disponibilité sont importantes.

 

Installation sur votre machine ou utilisation en ligne

Il faut ensuite distinguer 2 types d’installation de logiciels. Les logiciels dits « lourds » s’installent sur votre ordinateur. Ces logiciels sont généralement vendus avec une formation, une assistance et une mise à jour. Ils ne nécessitent pas de connexion internet pour fonctionner, c’est pourquoi certaines régions ou certains pays qui ont un mauvais débit internet préfèreront ce type de logiciel. Autre élément non négligeable, avec un logiciel lourd vos données sont conservées sur votre machine. Elles ne sont donc pas partagées.

 

On les distingue des logiciels dit « SaaS » qui fonctionnent sur le web. SaaS est l’acronyme de l’anglais « software as a service » qui signifie en français « logiciel en tant que service ». Le logiciel n’est pas installé sur votre machine mais sur un serveur lointain. Vos données sont donc externalisées. Vous n’installez rien sur votre ordinateur : vous vous connectez sur une page web et pouvez avoir un espace personnel avec un identifiant et un mot de passe. Vous ne pouvez accéder au logiciel qu’en étant connecté.

Les logiciels SaaS sont moins chers car il s’agit d’une location, donc un paiement mensuel. Faites bien attention à la durée de l’engagement mais surtout à la  transmission de vos données si vous souhaitez cesser d’utiliser le logiciel. Pourrez-vous récupérer vos données et sous quelle forme ? L’éditeur de logiciel vous propose un contrat de confidentialité et assure la sécurité de vos données.

 

Les logiciels peuvent enrichir votre cours et vos enseignements. Néanmoins, le numérique n’est pas un substitut aux connaissances du professeur. Son utilisation doit être subtile afin d’être pertinente. Le logiciel doit répondre à une attente précise et bénéficier d’une expertise technique pour être fiable.