Correction des copies à l’écran : avantages et inconvénients

viatique bac numérique correction à l'écran baccalauréat

 

Le bac approchant, la question de la dématérialisation des copies est plus que jamais d’actualité. L’an passé, la correction « 100% numérique » du baccalauréat des lycées français à l’étranger a fait la une des médias. Ce ne sont pas les seuls : BTS, CAPES, Agrégation, concours de médecine, du barreau… les corrections sont de plus en plus paperless. Les correcteurs sont les premiers acteurs de la dématérialisation : quels sont leurs avis ?

 

Le principe est simple, mais il fallait y penser : les copies sont numérisées après le ramassage et automatiquement anonymées dans les centres, puis sécurisées dans un coffre-fort. Rapidement, le correcteur a son lot de copies prêt pour la correction, le barème et les recommandations intégrés, une messagerie et un forum collaboratif en ligne. Bien que la correction à l’écran s’inscrive dans le processus de sécurisation des copies mis en place par l’établissement, de nombreux correcteurs apprécient les avantages de la correction à l’écran malgré le changement de pratique, comme l’exprime cette enseignante correctrice enthousiaste : « Après 15 copies corrigées (donc 29 % pour l’instant d’après les statistiques !), je trouve que [c’] est facile d’emploi et agréable à utiliser, vraiment une formidable avancée dans la correction des examens. En plus, c’est un énorme gain de temps en matière de transport (3 à 4 heures gagnées par jour de correction), donc beaucoup moins de pression et plus de sérénité pour corriger ».

 

beaucoup moins de pression et plus de sérénité pour corriger

 

L’interface de correction propose des outils directement inspirés de la correction traditionnelle tels que le stabylo vert, orange, rouge, l’équerre, le rapporteur, la loupe… mais puise aussi dans le numérique pour faciliter la tâche. La banque de commentaires évite les redondances : une fois quelques commentaires rentrés, l’exécution est rapide. Elle peut aussi être paramétrée avant les corrections afin d’harmoniser les commentaires. Et bien sûr, il n’y a plus de rature… La recherche et le classement des copies sont facilités par les marqueurs numériques, des petits repères colorés qui aident le correcteur à s’orienter. C’est bien plus maniable que de trier la pile de copies. Le correcteur peut revenir sur la copie jusqu’à validation de la totalité des corrections.

 

Les copies sont disponibles à la correction quelques heures après l’examen. L’économie de transport élimine les risques de perte ou de dégradation des copies, ce qui est un poids de moins pour le correcteur. L’enseignant corrige n’importe où sur un ordinateur portable connecté au web. En cas de double correction, les correcteurs peuvent travailler simultanément sur une même copie ce qui évite de nombreux allers-retours. La messagerie et le forum facilitent les échanges avec le binôme, les autres correcteurs, le responsable pédagogique.

Pour le professeur de mathématiques Boulos ABI AAD, l’avantage majeur réside dans le barème : « ce qui me semble être le plus intéressant c’est le fait d’avoir le barème et le sous-barème affichés à côté de la copie. Ce qui est le plus difficile pour démarrer une correction, c’est d’intégrer ce barème et ce sous-barème. Le fait qu’ils soient toujours là nous permet de ne pas avoir à faire cet exercice-là ». Les statistiques sur le tableau de bord facilitent globalement l’organisation des corrections : nombre de copies à corriger, note moyenne, note la plus basse…

 

le plus intéressant c’est le fait d’avoir le barème et le sous-barème affichés à côté de la copie

 

Certains professeurs soulignent la fatigue des yeux que le travail à l’écran entraîne. Cette problématique est d’autant plus prégnante que de nombreuses personnes travaillent sur ordinateur toute la journée, passant 8 heures par jour face à un écran. Ajoutons nos usages personnels du téléphone, de la télévision et des ordinateurs, l’exposition est multipliée. Des manifestations de fatigue des yeux peuvent apparaître au bout de quelques heures. Heureusement, elles sont provisoires et s’estompent après une petite pause.

 

L’abandon du format papier traditionnel peut déstabiliser. Les différents modes de présentation de la copie à l’écran lui sont fidèles et tentent de respecter l’utilisation habituelle des correcteurs. Les réticences sont bien souvent dépassées une fois franchie la prise en main de l’outil informatique.

 

L’adoption de la correction à l’écran marque une réelle étape et un changement de pratique. Depuis 10 ans, de nombreuses administrations ont fait le choix de la dématérialisation pour leurs examens et concours.

 

Résumons les principaux avantages pour le correcteur (non exhaustifs) :

– Pas de copies à transporter

– Aucun risque de dégradation de copies (perte, ratures, taches)

– Copies disponibles de suite après les épreuves

– Maniabilité des copies (trier, annoter, revenir aisément sur la copie)

– Statistiques

– Outils inspirés du papier + outils numériques facilitant la correction

– Pratiques collaboratives